La typologie d’une typographie (+lexique)

Le caractère imprimé a connu une évolution depuis que l’ordinateur soit devenu un outil de saisie de texte. Les blocs en plomb contenant autrefois les caractères, sont remplacés par des touches. Il est alors plus facile de saisir des textes. Cette évolution a permis d’obtenir une multitude de caractères. Toutefois, les caractéristiques du caractère n’ont pas changé. Découvrez-les dans cet article.

Que retenir sur les caractères ?

 

Le plus important à retenir, c’est que le caractère n’est rien d’autre qu’un signe tracé ou écrit. Le caractère peut être une lettre de l’alphabet, d’un chiffre, une ponctuation ou d’un symbole. Pour mieux comprendre, une clarification importante doit être faite. Les notions suivantes se définissent comme suit :

 

La lettre

 

 

Elle dispose de deux présentations. Vous avez la lettre minuscule encore appelés bas de casse et la lettre majuscule encore appelée capitale.

Police de caractère

 

 

L’ensemble formé par les chiffres, les ponctuations, les symboles et les lettres (minuscules et majuscules) est appelé la police de caractère. A cet ensemble, il faut ajouter les ligatures. Toutefois, avant de parler de police de caractère, il faut que tous les éléments qui s’y trouvent aient un même style, un même corps et une même graisse.

 

Corps et graisse de caractère

 

 

Il se rapporte à la taille du caractère et s’exprime en point généralement. En ce qui concerne la graisse, elle se rapporte à l’épaisseur du trait qui permet de représenter un caractère.

 

Les lignes de caractère

 

 

Pour écrire, il faut une ligne. Cette ligne est appelée ligne de caractère ou ligne de basse. C’est sur elle que se repose le caractère bien qu’elle soit imaginaire. Cependant, il n’y a pas que la ligne de base. Vous avez également deux autres lignes que sont la hauteur d’x et la hauteur des capitales.

La hauteur d’x qui est également une ligne de caractère, est la référence qui permet de déterminer la hauteur des lettres minuscules. Par contre, la hauteur des capitales est la référence qui permet de déterminer la hauteur des lettres majuscules.

 

Caractéristiques de l’anatomie du caractère

 

L’anatomie du caractère est le même quel que soit les familles de caractère en typographie. Vous retrouverez toujours les caractéristiques suivantes :

 

Le fût

Il désigne toutes les parties verticales d’un caractère. Si par exemple vous prenez le mot papa, le fût se retrouvera au niveau des deux p. Dans cet exemple, le fût sera la partie verticale du p.

La traverse

Contrairement au fût, la traverse désigne toutes les parties horizontales d’un caractère. Dans le mot téléphone, la traverse sera la partie horizontale au niveau du t contenu dans le mot.

Diagonale

La diagonale, est la partie oblique d’un caractère. A titre illustratif, dans le mot zèbre, la diagonale est présente dans la lettre z.

Vous comprenez donc que la diagonale, la traverse ou le fût sont présents aussi bien sur les lettres majuscules que sur les lettres minuscules. D’ailleurs, les exemples le montrent si bien. Cependant, les lettres minuscules ont une particularité que vous ne verrez pas sur les capitales. Il s’agit du jambage.

Jambage

Le jambage se rapporte aux différentes parties qui se retrouvent hors de la zone existante entre la hauteur d’x et la ligne de caractère. Lorsqu’il y a une partie au-dessus de la hauteur d’x, vous avez le jambage supérieur. Mais lorsque cette partie se retrouve en dessous de la ligne de base, vous avez le jambage inférieur.

Dans l’anatomie du caractère, les bas de casse et les capitales ont de nombreux points en commun. Mis à part le fût, la diagonale et la traverse, vous avez également :

Les empâtements

Les empâtements, sont les traits que vous pouvez retrouver aux extrémités des lettres. Les empâtements sont aussi bien présents au niveau des lettres minuscules que des lettres majuscules. Les empâtements définissent une police de caractère. Ce sont donc des particularités qui permettent de faire la distinction entre deux polices de caractères.

Contraste plein et délié

Il s’agit là également d’une particularité qui permet de distinguer deux polices de caractère. Le contraste plein, désigne la partie épaisse d’un caractère. A son opposé, le contraste délié est la partie fine d’un caractère.

Les contrastes pleins et déliés d’un caractère, n’a pas le même emplacement pour toutes les polices de caractère. Ils varient en fonction d’un axe donné. Le nom de cet axe, est l’axe oblique.

Contreforme

La contreforme permet elle aussi de distinguer une police de caractère. Elle désigne l’espace vide intérieur présent dans certains caractères. Si nous reprenons l’exemple du mot papa, la contreforme se trouve à tous les niveaux et plus précisément au niveau des espaces vides et fermés des p et des a. Cependant, la contreforme désigne également l’espace vide autour de la forme. Dans notre cas de figure, la contreforme sera donc l’espace se retrouvant au niveau de chaque lettre du mot papa.

 

L’ensemble des éléments précédemment cités, permettent de faire une identification correcte des polices de caractère. Il en existe un grand nombre.

 

La famille typographique des polices de caractère

 

La famille typographique, est l’ensemble des styles de polices de caractère. Dans une famille typographique classique, vous avez une police de base. Cette police de base est appelée police de base romaine. La police de base, a une variante appelée police de base italique et une autre variante appelée gras.

Toutefois, vous trouverez de grandes familles de caractère qui ont d’autres variantes. Elles ne s’appellent pas de la même façon.